Derniers sujets
» Arbre diurne
Ma Demoiselle EmptyHier à 6:52 par Io Kanaan

» Navigateur solitaire
Ma Demoiselle EmptyLun 19 Aoû - 7:44 par Io Kanaan

» Hibou plumitif
Ma Demoiselle EmptyDim 18 Aoû - 7:41 par Io Kanaan

» Ambiveau d’azur
Ma Demoiselle EmptySam 17 Aoû - 8:00 par Io Kanaan

» Une église sans prêtre
Ma Demoiselle EmptyVen 16 Aoû - 7:35 par Io Kanaan

» Romulus d’azur et Rémus de gueules
Ma Demoiselle EmptyJeu 15 Aoû - 7:46 par Io Kanaan

» En brûlant une chandelle
Ma Demoiselle EmptyMer 14 Aoû - 7:56 par Io Kanaan

» Atelier de l’héraldiste
Ma Demoiselle EmptyMar 13 Aoû - 7:45 par Io Kanaan

» Raisins prometteurs
Ma Demoiselle EmptyLun 12 Aoû - 7:39 par Io Kanaan

Le Macadam se déroule

RETROUVEZ TOUS LES
INTERVIEWS DES AUTEURS


Mots-clés

petit  main  poésie  Comateen  gauche  membres  henri  pour  révolte  

Statistiques
Nous avons 447 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Casimir

Nos membres ont posté un total de 54878 messages dans 9055 sujets

Ma Demoiselle

Aller en bas

Ma Demoiselle Empty Ma Demoiselle

Message  vali le Dim 6 Juin - 19:43

Ma Demoiselle,

Je lis sur votre visage un étonnement certain. Vous venez de décacheter une enveloppe contenant une lettre manuscrite dont la calligraphie vous est étrangère.
Ce n’est que moi, l’homme qui n’a cessé de vous observer avant-hier. Tout d’abord permettez-moi une question. Puis-je vous tutoyer ?
J’ai la conviction de te connaître depuis une éternité et pourtant nous sommes deux parfaits inconnus.
Rappelles-toi, ce lundi, quand à peine éveillés, nous courions côte à côte pour ne pas rater le RER. Nous semblions complices dans l’effort et la précipitation, in extremis nous sommes entrés dans le wagon avant que les portes ne se referment sur nous, sur toi, risquant de te blesser ma belle. Nous nous sommes assis face à face sur les deux seuls sièges restants, épuisés par cette folle course. La sonnerie indiquant le départ a retenti, tu étais essoufflée.
Je suis cet inconnu, Joan, 35 ans, jeune cadre parisien et bouleversé par cette rencontre matinale. Te souviens-tu de moi à présent ?
Mes yeux te dévoraient, j’avais faim de ton visage, la satiété ne venant pas, alors j’engloutissais les moindres détails de ce minois angélique.
Le RER a démarré. Ta-pam-pam, ta-pam-pam…
Mon cœur a explosé lorsque nos regards se sont croisés. Ta-pam-pam, ta-pam-pam…
Ma Demoiselle, une cohue de mots se bousculent dans mon esprit se mêlant avec harmonie au brouhaha du train. Le voyage n’a duré que 6 stations, ce que j’ai lu dans ton regard a suspendu le temps…Je vous aime. Non ! excuse-moi, je t’aime…Ne t’effraie pas. Je ne suis pas un malade échappé d’un quelconque asile, je suis tout bonnement fou de toi !
Tu es belle. Tu le sais. J’ai remarqué l’assurance avec laquelle tu fixais les autres voyageurs, tu en étais presque arrogante. C’est sûrement ce qui m’a plu. Je me suis dit : voilà une femme, une vraie. Une qui n’a pas peur de s’affirmer, qui s’accepte telle qu’elle est, toute en rondeur, séduisante.
Tu dois te demander comment ai-je pu obtenir ton adresse. Tu me l’as donné mon amour, enfin, presque. Tu lisais un document personnel sur lequel tes coordonnées étaient inscrites, je les ai mémorisées ainsi que ton prénom que je n’ose prononcer sans ta permission.
Ma demoiselle, je serai bref. Désires-tu reprendre ce même RER, au même jour et à la même heure en ma compagnie ? Veux-tu mettre un visage sur mes mots ? J’ose espérer que déjà tu te souviennes de moi, et qu’au fur et à mesure de ces quelques lignes, toi aussi tu aies envie de cette rencontre peu banale.
Avant de te laisser, à contrecœur, je tiens à te dire que l’idée que tu sois déjà avec quelqu’un m’a évidemment effleuré l’esprit, mais je n’arrive pas à me résoudre à cette éventualité. Je suis convaincu que tu es celle que j’attendais…

Joan.



Joan n’eut pas à attendre longtemps pour obtenir une réponse, deux jours plus tard, sur le quai, elle apparut rayonnante. Magnifique.
Le RER entra en gare, elle s’approcha d’un pas décisif, lui tendit une lettre soigneusement pliée en quatre, entra dans le wagon la première et s’installa à l’arrière de la rame. Pas de place assise près d’elle, Joan fût contraint de s’installer 4 rangées plus loin.
Son audace payait, lui qui d’ordinaire subissait les événements, il devenait artisan de sa vie.
Elle lui avait répondu plus tôt que prévu, sûrement pressée de le revoir, de le connaître enfin.

On arrivait déjà à la prochaine station, la lettre nichée dans sa main moite attendait son lecteur. Délicatement, avec amour, il la déplia, dévoilant l’écriture de sa demoiselle. Des mots alignés, des lettres arrondies, des mots empressés cherchant la caresse d’une voix, d’un regard…des mots doux.

Monsieur,
Pour répondre à cette si étonnante et soudaine déclaration d’amour, j’ai voulu faire court dans un premier temps, mais le plaisir d’imaginer vos réactions en me lisant était si intense que j’ai préféré qu’un suspense s’installe. Confrontée à une situation si cocasse je n’ai pu attendre le jour de notre hypothétique rencontre pour répondre à mon tour.
J’ai bien remarqué l’insistance avec laquelle vous me dévisagiez lundi, vous paraissiez penaud tel un enfant surpris avec un pot de nutella, la bouche colorée de chocolat.
Je suis restée indifférente.
Merci pour cette déclaration d’amour aveuglée.
Monsieur, voyons, je ne suis pas une femme pour vous. Je ne suis ni trop belle, ni trop intelligente, ni mariée, mais tout simplement nullement attirée par les hommes.
J’imagine et lis aisément votre stupéfaction sur votre visage. Si vous ne souhaitez pas aller au-delà dans la lecture de ma lettre je vous comprendrais volontiers.
Je suis une Femme à Femmes, une lesbienne, belle, féminine, n’autorisant les hommes qu’aux plaisirs simples des yeux, leur interdisant le plaisir charnel. Je vous ai sûrement donné la trique comme on dit vulgairement, j’en suis forte aise pour vous, c’est certainement l’unique explosion de vos sens que vous ressentirez en pensant à moi.
Mon pauvre, il vous manque l’essentiel, un fruit si duveteux et juteux, qu’il est bien difficile de s’en passer. Une fois dans votre bouche, le palais regorge de saveurs indéfinissables.
Dois-je aller au-delà de la sublimation féminine ou cesser votre souffrance dès à présent ?
Vous me lirez jusqu’au bout, curieux de comprendre, estomaqué par la surprise.

Une inconnue qui salue votre courage.
vali
vali
MacaDeb
MacaDeb

Messages : 16
Date d'inscription : 21/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Ma Demoiselle Empty Re: Ma Demoiselle

Message  Nilo le Lun 7 Juin - 16:24

Bien écrit, bel écrit.
Cette lettre et sa réponse sont les protagonistes d'un beau duel, cruel, qui touchent juste.

Nilo, surpris, agréablement.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Ma Demoiselle Empty Re: Ma Demoiselle

Message  Lalou le Mar 8 Juin - 10:56

Oui comme Nilo..
Lalou qui aime les surprises! Very Happy

_________________
:fee LaLou
Lalou
Lalou
MacadAdmin
MacadAdmin

Messages : 6432
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 199
Localisation : Sud

http://www.macadam-forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Ma Demoiselle Empty Re: Ma Demoiselle

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum