Derniers sujets
» Branche toujours en fleur
Venise : I. Casanova EmptyAujourd'hui à 8:59 par Io Kanaan

» Testament de 2 temoins à la Concorde
Venise : I. Casanova EmptyAujourd'hui à 8:57 par Io Kanaan

» Tavernier songeur
Venise : I. Casanova EmptyHier à 9:07 par Io Kanaan

» Veilleur-dragon
Venise : I. Casanova EmptyVen 24 Jan - 8:53 par Io Kanaan

» Bouc ermite
Venise : I. Casanova EmptyJeu 23 Jan - 9:04 par Io Kanaan

» L’agneau de Lao-Tseu
Venise : I. Casanova EmptyMer 22 Jan - 9:09 par Io Kanaan

» Fleur à cinq pétales
Venise : I. Casanova EmptyMar 21 Jan - 9:12 par Io Kanaan

» Tricardiosaure
Venise : I. Casanova EmptyLun 20 Jan - 8:48 par Io Kanaan

» Vigne de la duchesse Aliénor
Venise : I. Casanova EmptyDim 19 Jan - 9:09 par Io Kanaan

Le Macadam se déroule

RETROUVEZ TOUS LES
INTERVIEWS DES AUTEURS


Statistiques
Nous avons 447 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est PÉPÉ JACKY VOUS RACONTE

Nos membres ont posté un total de 55047 messages dans 9213 sujets

Venise : I. Casanova

Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Venise : I. Casanova

Message  Léocade Lawrence le Dim 16 Jan - 10:46

Avec toutes mes amitiés, et mes voeux de bonne année, à l'équipe comme à ses poètes. Que mon absence ne les fasse pas méjuger : je viens encore ici, sous mon nom ou anonymement, les lire. Aussi celui-ci est-il pour Zlatko, G., qui me pardonnera peut-être mon impolitesse, s'il le souhaite, et pour laquelle je me désole.

B.

I. Casanova

Je pense à Casanova, et c’est Venise qui me vient. Il ne passa pourtant guère de temps là-bas, préférant à tout le moins la compagnie des aristocrates françaises, et peut-être la grandeur de Paris, les ors de Versailles. Quoiqu’il ne se renia pas.
Je dis Venise, et l’aristocrate tend vers moi toute la force de sa contradiction : il s’est fait homme par la main, Dieu par la parole. Il impose son verbe et la chair. Dux, 1800, le monde a onze ans, lui en a trois cents : il est prince par la passion, prince comme seule Venise sut en faire. Seul, le monde l’a oublié, et déjà j’entends l’abdication : « Qui suis-je ? Rien. Que fus-je ? Tout. » Pas de révolte, plus de passion, et la dernière Francesca n’y change rien, il s’enfoncera seul dans les nuits allemandes :
« Par delà le tourment des Euménides,
Par delà les bois de minuits,
Et par delà le souvenir –
Bon siècle Francesca.
»
La douceur de vivre laisse place à l’industrieux vivotement, pour lequel la machine donnera dans son cliquetis sonore l’écumeux écoulement du temps. Casanova est le dernier, il est Venise tout entière ; combien de fois échappa-t-il au soupir du Rio de Palazzo, combien de fois traversa-t-il, dans un élan de sublime passion et d’emportement, le Rialto ? Venise est Furie, furie de feu comme les Euménides sont la nuit qui révèle le feu.

*

La contradiction dans la renonciation : rouge et bleue, elle est le double étendard de la passion et du divin. J’y vois le feu sur la mer, Didon devant les ruines de Carthage, Médée la sorcière, fluctuat nec mergitur, voguant sur toute l’Italie, les mégères de la mer sillonnant – sous une aube ample et glauque – l’Adriatique ; l’Azul et la tendresse carminée, le bleu surtout du souvenir : le Cocyte.
Venise : Je suis au troisième cercle, le cercle de la pluie éternelle, maudite, et froide, et lourde, je suis la marine où descend et s’apaise le Pô, je suis la neige comme une fulgurance que les hommes ont posée, une lancée de glaciers qui transperce la mer. Feu rouge, je reconnais la force du souffle, la fenice n’est que la Bora qui m’éveille et m’endort, je suis l’Italie perdue devant l’écueil Dalmate, les Sirènes se couchent sur le Lion : je suis la force de l’un et l’attraction du multiple.
Elle est le double étendard : et ici s’arrête la douceur, là commence le sauvage. Casanova eut la parole et la chair, Venise lui en fit dons. Je la vois et elle est le miroir de mes passions comme des siennes : cette eau agite le temps.
La lagune est toujours une autre : nuit, elle est le reflet des astres ; le jour, l’étoile est rousse et sa peau est d’or ; rien n’y fait, les bricole n’estompent jamais la fraicheur de cette vision. Il y a certainement dans cette eau froide et languide et calme, et pourtant sans cesse d’une volupté telle qu’on voit se brasser, se secouer et s’étreindre dans une puissance sans nom les corps déjà au fond de son lit, comme en souvenir, la force d’une magie toujours reconduite dans les siècles, et qui nous laisse, en un dernier regard, en un point dernier qui le sacre, l’illusion interminable d’un temps ouvert sur l’hypothèse, jusque l’évanouissement, d’un espace hors la seconde ou la minute – la vie dans sa foisonnante pureté – une brise.

*

La brise, le souffle, le vent, les larges artères sont des brèches dans la mer : Venise est ce souffle, le dernier baiser de l’Italie tout entière ; dernier. La mystique de l’ultime, du dernier, du jamais-plus-à-revoir l’emportera toujours sur le possible recommencement. Le dernier : comme une foi renouvelée, la révolte de la renonciation déjà dépassée, toujours plus-encore. Le vent de la révolte est l’oriflamme rougeoyant branlant la fièvre vénitienne. C’est l’ocre, l’auburn d’une vision : ce n’est jamais un rêve. Et comme une intuition, on y pense : l’ocre allé avec le bleu c’est la mer mêlée au soleil. – Je dis, et je définis pour ne pas me perdre. Venise se raconte comme ses yeux, on tâtonne avant de trouver son chemin. Venezsia, Francesca, Alessia.

Leocade Lawrence
Léocade Lawrence
Léocade Lawrence
MacaDeb
MacaDeb

Messages : 32
Date d'inscription : 17/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  Nilo le Dim 16 Jan - 18:38

Il était une foi.
Comme un voyage de noce.
Ca donne envie de prendre le train.
Un très beau texte, intelligent, plein de références et de poésie.

Nilo, heureux de te lire.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  Zlatko le Dim 16 Jan - 19:23

Je t'ai presque découvert - ta plume a changé : du m'as-tu-vu ultra-léché (vitrine parisienne mauvais goût) que je n'aimais pas, je passe à une vraie joie de te lire. Une prose subtile, entre douceur et puissance ; je t'ai suivi.

Comme Nilo, j'ai aimé ce retour inattendu !

Z.
Zlatko
Zlatko
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1621
Date d'inscription : 30/08/2009
Age : 28
Localisation : Centre

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  Lalou le Dim 16 Jan - 20:13

Je n'ai lu que peu de textes de toi mais celui me fait en effet l'effet d'une redecouverte. UN vent nouveau, un nouvel air qui porte une plume ailleurs!

Merci pour tes voeux et sois certain de notre amitié.

_________________
:fee LaLou
Lalou
Lalou
MacadAdmin
MacadAdmin

Messages : 6432
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 200
Localisation : Sud

http://www.macadam-forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  enfantdenovembre le Dim 16 Jan - 21:49

Magnifique poème!

Venise : I. Casanova 0009


Dernière édition par enfantdenovembre le Mer 19 Jan - 11:16, édité 1 fois
enfantdenovembre
enfantdenovembre
MacadMalade
MacadMalade

Messages : 207
Date d'inscription : 10/10/2010

http://www.wix.com/enfantdenovembre/home

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  Swann le Lun 17 Jan - 8:59

Venise, Casanova, je ne peux oublier le "Casanova" revisité par Féllini, un Casanova rêvé, réinventé, et entre Venise et 'l'écueil Dalmate", la Trieste au souvenir de Joyce.

Une magnifique évocation de Venise la rousse et son Lido de Thomas Mann.

A te relire bientôt,

Swann,
Swann
Swann
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1023
Date d'inscription : 31/08/2009
Age : 67
Localisation : entre deux cafés

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  LauraDavies le Jeu 20 Jan - 19:45

Venise : I. Casanova 48
LauraDavies
LauraDavies
MacadMalade
MacadMalade

Messages : 335
Date d'inscription : 25/09/2009
Age : 56
Localisation : 47

http://demondelol.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty re

Message  graffitipetrole le Mar 25 Jan - 12:04

Belle première pierre dans le jardin de Venise (y aura t-il le Baron Corvo ?) avec ce tumultueux Casanova : celui de la prison des Plombs, celui des femmes; insaisissable. Venise qui d'ailleurs pour lui resta longtemps comme un amour que l'on aperçoit au loin mais que l'on ne peut approcher (ses errances ne sont que la somme de son exil) elle est peut-être celle qui lui résista le plus longtemps et pourtant -en creux- tout Casanova y est : l'arrogance, la beauté, l'occultisme bouffon, les duels, les servantes, la quête effrénée de notoriété, l'argent...
graffitipetrole
graffitipetrole
MacaDeb
MacaDeb

Messages : 11
Date d'inscription : 05/01/2011
Localisation : septentrion absolu

http://graffitipetrole.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  Sylvie le Mer 26 Jan - 5:49

Tout en finesse, une lecture qui m'a baladée dans les eaux et jusqu'aux os.

Sylvie
Sylvie
Sylvie
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 4923
Date d'inscription : 10/09/2009
Age : 63
Localisation : France

http://inimaginaire.net/blog/?p=1

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  Lalou le Sam 14 Avr - 17:31

Un léocade c'est sir rare qu'il faut bien vous en resservir !

_________________
:fee LaLou
Lalou
Lalou
MacadAdmin
MacadAdmin

Messages : 6432
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 200
Localisation : Sud

http://www.macadam-forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Venise : I. Casanova Empty Re: Venise : I. Casanova

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum