Derniers sujets
» Ermite subtil
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptyAujourd'hui à 9:27 par léo

» brasser la terre...
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptyAujourd'hui à 9:22 par léo

» Fleur de Saint Denis
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptyAujourd'hui à 7:49 par Io Kanaan

» Cardioptère
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptyHier à 7:41 par Io Kanaan

» Saint Romuald
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptyLun 14 Oct - 7:45 par Io Kanaan

» Le Seigneur d’Alpha Pavonis
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptyDim 13 Oct - 7:42 par Io Kanaan

» Planète Mille Plateaux
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptySam 12 Oct - 7:45 par Io Kanaan

» Chien sans collier
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptyVen 11 Oct - 8:00 par Io Kanaan

» Semeur de rimes
Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé EmptyJeu 10 Oct - 7:59 par Io Kanaan

Le Macadam se déroule

RETROUVEZ TOUS LES
INTERVIEWS DES AUTEURS


Statistiques
Nous avons 447 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est PÉPÉ JACKY VOUS RACONTE

Nos membres ont posté un total de 54942 messages dans 9110 sujets

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Dédé le Dim 12 Juin - 15:28

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé


Salut les gonzesses, c'est Dédé dédé pour une interview gamelle et bidon.

Cette fois il a fallu que j'la joue fine. Vous m'connaissez c'est pas ma spécialité. Mais j'me suis fait violence pasque j'voulais être le premier à l'interviewer le mec qu'a mis le monde à l'envers en un temps deux mouvements (ouais y tire vite y paraît, c'est entre autre c'que j'voulais vérifier) pour avoir le scoop des scoops de l'année et p't'être même de la décennie, voire du siècle.
Déjà j'ai du sortir en loucedé du cabanon où j'me morfonds depuis une quinzaine de jours (ouais moi j'suis pas passé par la case garde à vue), m'installer avec mes burnes (c'est ça qui prend le plus de place) dans le sac d'une petite fille qui grimpait dans un avion pour une grande ville du nord-est des Etats-Unis dont je tairai le nom pour pas risquer d'être repéré et passer les contrôles de JFK (zut, je me suis vendu !) sans passeport biométrique ni visa à part la carte de crédit à Papy qu'j'avais réussi à lui taxer pendant une visite au parloir.
Après ça a été facile de l'trouver, j'ai eu qu'à suivre la foule des touristes qui vont voir où y crèche. Et là, ça a été le choc (c'est une image, allez pas croire que j'me suis pris un pain dans la tronche où qu'l'ai été renversé par un autobus). C'est simple, on s'croirait à Jérusalem un soir de Noël, j'dis pas ça pasqu'il est juif le mec que j'allais entretenir de ses turpitudes. Non, c'est simplement qu'y a la queue dans la rue comme si les Rois Mages étaient annoncés et qu'y a un cordon de flics comme sur l'esplanade des Mosquées après un pet de travers du Hezbollah qu'aurait mis le feu aux poudres du Mossad. Vous imaginez sans peine à quoi ça peut ressembler je suppose. Non, vous imaginez pas ? Ben allez faire un tour dans un pays en guerre larvée ou dans le sud de Manhattan, vous imaginerez mieux puisque vous s'rez en plein dedans. Ah putain, faut vraiment que vous sortiez un peu d'chez vous de temps en temps. Et quand c'est l'ours en peluche reporter sans frontières qui vous l'dit vous pouvez l'croire.
Donc j'suis arrivé au pied du mur, ouais sa crèche à lui c'est pas une étable, y a plusieurs étages. Le plus dur restait à faire, passer la porte et grimper les escaliers pasque j'suis pas un adepte de la varappe et qu'un ours en peluche escaladant une tour de Manhattan ça se s'rait vite remarqué et ça aurait limité mes chances de pouvoir causer à un mec qu'est tout à la fois le nouveau Docteur Mabuse, avatar politico financier de la mondialisation et une caricature du Pervers Pépère de Gotlib qu'était déjà une caricature passant ses journées à inventer d'ingénieux stratagèmes pour son plaisir, et le malheur des autres… Tout le portrait de ma cible à en croire les mecs qui défilent d'Athènes à Lisbonne en passant par Madrid en brandissant des pancartes avec son portrait et des insanités écrites dessus. Bref, j'allais avoir affaire à un bon client et j'voulais pas l'rater.
Donc fallait que j'm'entretienne avec le cordon sanitaire du bas d'l'immeuble pour pouvoir accéder au Saint des Saints. Pas facile d'atteindre le Débir, j'vous l'dis (vous avez vu comment j'tiens le fil de mon histoire, nous revoilà au beau milieu de Jérusalem) surtout qu'y z'ont pas franchement des tronches à vous accorder le Grand Pardon simplement sur votre bonne gueule les mecs qui gardent sa porte. Mais vous m'connaissez, j'peux des fois jouer de ma candeur d'ours en peluche pour mettre en avant le côté Cajoline qui me débecte le plus chez moi pour obtenir ce que je veux. Ben là j'ai vite compris que c'était mon meilleur atout parmi toutes les cartes que j'avais en main pasque comme vous l'avez remarqué si vous avez bien tout suivi depuis l'début, à part mon futal et mon marcel j'étais à poil alors question cartes dans la manche j'étais plutôt mal barré. Donc j'ai décidé d'opter pour le rôle de composition qui me permettrait de passer le barrage filtrant des gorilles et j'leur ai fait avaler les couleuvres que j'oublie jamais d'emporter quand je sais qu'y va falloir que j'me batte verbalement avec des mecs dont la dialectique est pas le point fort. Et j'peux vous assurer que les flics de la grosse pomme y z'ont pas tous été suivre les cours de philosophie de Harvard qu'est pourtant pas loin d'chez eux. Y sont même assez basiques question négociation, avec un langage simple et assez répétitif en réalité. Bref, j'ai du jouer au con pour entrer. Mais l'important c'était que j'rentre.
J'avais plus qu'à faire l'inventaire de toutes les pièces pour l'trouver et l'inviter à m'inviter à m'asseoir devant un verre pour commencer notre entretien. Y sortait d'la salle de bain quand j'l'ai trouvé, il a passé un peignoir, m'a offert un canon et on s'est vautré dans un fauteuil – chacun le sien j'précise – aussi profond qu'le bleu des yeux de sa gonzesse que j'avais eu le temps d'apercevoir entre deux portes.
J'ai donc enfin pu commencer mon interview que j'vous livre in extenso ci-dessous.

Dédé : Salut FMI, ouais pour pas t'mettre en porte-à-faux avec tes avocats qui t'ont conseillé d'parler à personne en général et à la presse en particulier tant qu'y z'auront pas envoyé leurs notes d'honoraires à ta gonzesse, j'ai décidé de changer ton nom de guerre pour que personne puisse te reconnaître puisqu'il est préférable que tu restes dans l'anonymat. Remarque ça m'arrange et ça arrange aussi Papy (ouais j'ai un Papy qu'est aussi mon avocat, un peu comme les tiens dans l'sens où y m'demande souvent de fermer ma gueule). Bref, si ça te dérange pas j't'appellerai FMI le temps de cet entretien. Moi c'est Dédé et tu peux m'appeler Dédé.
FMI : Je te remercie de respecter les consignes de mon entourage Dédé et mon anonymat par la même occasion. En effet actuellement je ne peux pas me permettre de me faire trop remarquer parce que je suis déjà dans l'œil du cyclone et que ce serait de la gourmandise de tirer la couverture à moi alors que d'autres ont froid sous leur couette. Donc FMI ça m'ira comme nom de code pour cet entretien sans témoins ni caméra. On est un peu comme dans l'intimité d'une relation amoureuse qui débute, personne ne nous voit, personne ne vouvoie, personne ne louvoie. Tout baigne dans la moiteur de la grosse pomme.


Dédé : Ouais ben, n'en profite pas FMI, c'est pas pasque qu'on est qu'entre nous qu'y faut commencer à parler de la moiteur de la pomme pasque sinon je vais te faire avaler les pépins avant que ton serpent ait eu l'temps de cracher son venin. Non mais, tu crois quand même pas qu'tu vas pouvoir m'la jouer façon séducteur de salon littéraire avec tes périphrases et métaphores de matamore qui attaquerait la face cachée de la lune avec un pétard mouillé déguisé en Apollo. J'suis pas là pour tomber sous ton charme mais pour te poser des questions dont les réponses devraient éclairer mes lecteurs sur les petites faiblesses des grands de ce monde. Alors ma première question justement elle porte sur ton penchant assumé semble-t-il à sortir les peuples de la misère. Enfin, à c'qu'on dit pasque moi j'm'en suis pas vraiment rendu compte que t'aimais les petites gens. Alors, c'est vrai c'qu'on raconte : y parait que tu cours le monde pour distribuer du pognon aux pauvres. T'as pas honte de casser l'métier des usuriers ?
FMI : N'exagérons rien Dédé. Je ne fais que mon métier, je n'en tire aucune gloire et ne voudrais pas qu'on s'imagine que le job est facile. Il y faut du tact, de la diplomatie, de l'entregent, et même un peu d'humilité. Je ne suis que la partie visible d'un iceberg et comme tu dois le savoir dans un iceberg le danger vient surtout de ce qu'on ne voit pas. Donc mon job en réalité consiste à montrer au monde qu'il ne craint rien de moi pendant qu'une force invisible sape les tréfonds de l'humanité en tirant les ficelles des marionnettes des guignols qui sont sur le devant de la scène.


Dédé : A propos de ficelles, j'me suis laissé dire (mais on a peut-être cherché à m'enfumer) que t'étais pas insensible à certains systèmes de soutien qui permettent de mettre en valeur des avantages parfois déclinants que tu te ferais fort de redresser à grands renforts de main au panier des économies asthmatiques et de flatteries de la croupe de juments capricieuses.
FMI : Dédé j'aimerais qu'on ne parle pas trop de ma fréquentation assidue des champs de courses – ma femme n'aime pas que je gaspille mon argent de poche – et qu'on recentre cet entretien sur mon cœur de métier c'est-à-dire sur ce qui mène le monde.


Dédé : Ah ben si tu veux parler d'cul j'suis ton homme. D'ailleurs pour tout te dire je préfère ça pasque moi, l'économie et la mondialisation honnêtement ça fait trois. Alors tu penses bien que j'suis d'accord pour faire virer la conversation sur les grivoiseries. Et même si le monde entier s'en tape de nos galipettes, surtout les tiennes à vrai dire pasque pour les miennes toute la websphère est au courant et pour tout te dire, elle en est très friande. J'comprendrais d'ailleurs que tu te sentes un peu frustré face à ma notoriété dans ce domaine. Mais puisque tu le proposes gentiment et même si j'ai pas fait le déplacement pour ça j'vais te poser des questions un peu olé olé qui permettront à mes lecteurs de savoir comment agrémenter leurs journées de travail avec leurs collègues de bureau.
FMI : D'accord, mais ne t'attends pas à des réponses personnelles, je suis un homme marié alors je m'en tiendrai à des généralités pour ne pas mettre mon couple en péril. En plus je te rappelle que nous sommes aux Etats-Unis et qu'ici la limite entre pudibonderie et harcèlement est aussi ténue que celle, en France, entre main au cul et baffe dans la gueule. C'est te dire s'il faut faire attention à ce qu'on dit.


Dédé : T'inquiète pas FMI, je sais me tenir. Tiens par exemple je te demanderai pas si tu as déjà tiré une collègue de bureau pasque mes lecteurs s'en tapent et que de toute façon tout le monde fait ça, c'est bien connu, alors on va pas s'emmerder avec des secrets de Polichinelle. En revanche si tu m'disais ta préférence entre les collants et les porte-jarretelles ça en aideraient certains à mieux orienter leur carrière pasque ta réussite professionnelle est tellement impressionnante que si y pouvaient s'inspirer de tes goûts personnels pour mettre une nouvelle ligne avantageuse dans leur CV je crois que ça leur ferait plaisir.
FMI : Pour moi Dédé il n'y a pas photo. Bas et porte-jarretelles sans contestation possible. Rien ne doit faire obstacle à la marche en avant d'une armée en campagne. Tu comprends, quand on dirige le monde on n'a pas le temps d'en perdre à franchir des barrières, fussent-elles de nylon. Il faut aller droit au but, sans se soucier de l'adversité ni des réticences de l'ennemi. Alors savoir que l'adversaire est en tenue de bataille évite d'avoir à se poser des questions sur ses intentions. C'est toujours ça de gagné sur les décisions à prendre.


Dédé : Putain, t'as lu Machiavel toi. T'aurais pas été du côté des Viets à Dien Bien Phu par hasard, pasque question déculottée y nous en ont mis une sacrée dans la cuvette les jaunes.
FMI : Non j'y étais pas mais question déculottées y paraît que ma réputation n'est plus à faire si j'en crois c'que disent les journaux du patelin, apparemment tuyautés par tes camarades parisiens sur les plateaux télé si c'que m'dit ma femme est vrai (ça je ne peux pas le vérifier de visu à cause des affaires qui me retiennent ici). Tiens, à propos de ma femme, j'entends du bruit dans le couloir, c'est sans doute elle qui arrive. Tu comprendras que je doive mettre un terme à cet entretien, j'aurais du mal à justifier qu'on parle gaudriole pendant qu'elle se casse le cul à sauver ma réputation de sauveur du monde.


Dédé : Putain, déjà ! OK FMI, j'te laisse avec ta gonzesse, pour une fois qu'elle t'a pour elle toute seule ça doit lui faire plaisir. Une remarque quand même, avant d'te quitter, l'est pas facile facile ton job. Passer sa vie dans les avions et les chambres d'hôtel contrairement à c'que j'croyais avant de te connaître ça doit pas être rigolo tous les jours. Sans compter qu'y a des jours où tu dois tomber sur des chambres où l'ménage est mal fait et qu'tu dois être obligé de foutre une branlée au petit personnel. Putain, on peut faire confiance à personne dans c'métier.
Bon, j'ai plus qu'à m'trouver le sac d'une gamine à JFK et à renter à Paname pour publier mon scoop. J'ai pas fait de photos. Dommage pour les voyeurs mais j'avais promis à FMI de pas le montrer à son désavantage, et j'peux vous dire qu'en robe de chambre dans son fauteuil profond comme le bleu des yeux d'sa gonzesse il a pas l'charme auquel il nous avait habitué quand on l'voyait au JT d'la téloche sans ses costard en alpaga. Mais bon, faudra s'y faire, on l'verra plus au JT alors vous vous contenterez de mes questions et de ses réponses sans les images cochonnes auxquelles vous vous attendiez.


Ciao les gonzesses, c'était Dédé et FMI pour une interview gamelle et bidon.

_________________
Ciao les gonzesses, c'était Dédé. Cool
Dédé
Dédé
MacaDédé
MacaDédé

Messages : 1885
Date d'inscription : 04/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Swann le Lun 13 Juin - 18:33

Quand je pense que Dédé a du faire sa Cajoline pour mener à bien cet interview... ça va lui rester. Bon, y a pas mort d'homme ceci dit sans lang de bois! Quand aux amours anclllaires, il est loin le temps où Monsieur pouvait encore trousser la petite bonne bretonne sans finir avec les menottes et deux avocats hors de prix! C'était le bon temps? J'ai jamais dit ça! d'ailleurs je ne parlerai qu'en présence de mon avocat!

Swann,
Swann
Swann
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1023
Date d'inscription : 31/08/2009
Age : 67
Localisation : entre deux cafés

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Nilo le Mar 14 Juin - 19:56

Peut-être que tu ne l'as jamais dit mais n'empêche qu'il y a ton ADN qui macule ce commentaire...

Nilo, expert Manhattan.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Nilo le Ven 1 Juil - 18:01

Putain, vous avez regardé la téloche ce soir. Ou écouté la radio.
Dédé a quand même eu le nez creux de faire cette interview quand il était encore temps.
Et je ne suis pas loin de penser que cet entretien est pour quelque chose dans la décision de remise en liberté de ce jour...

Nilo, Papy du visionnaire.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Lalou le Jeu 14 Juil - 21:35

L'bon temps ??

humm..je ne dirai rien..


_________________
:fee LaLou
Lalou
Lalou
MacadAdmin
MacadAdmin

Messages : 6432
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 200
Localisation : Sud

http://www.macadam-forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Swann le Ven 15 Juil - 5:28

It was a joke... off course.

Swann,

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé I-love10
Swann
Swann
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1023
Date d'inscription : 31/08/2009
Age : 67
Localisation : entre deux cafés

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Dédé le Dim 4 Sep - 9:38

Putain, FMI is back home !
Ca doit flipper dans les tronches de ses anciens potes.
On devrait s'marrer.

Dédé.

_________________
Ciao les gonzesses, c'était Dédé. Cool
Dédé
Dédé
MacaDédé
MacaDédé

Messages : 1885
Date d'inscription : 04/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Swann le Dim 4 Sep - 15:49

Cachez vos poules le (vieux) coq est de retour!

Swann, prudent
Swann
Swann
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1023
Date d'inscription : 31/08/2009
Age : 67
Localisation : entre deux cafés

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Nilo le Lun 19 Sep - 17:14

Et on dirait qu'il n'a pas renoncé à faire la queue. Du moins à la porte des plateaux télé.

Nilo, saucisson camembert vin rouge.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Lalou le Lun 19 Sep - 17:46

lol!

_________________
:fee LaLou
Lalou
Lalou
MacadAdmin
MacadAdmin

Messages : 6432
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 200
Localisation : Sud

http://www.macadam-forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Swann le Mer 28 Sep - 10:18

Ouais, mais quand on est blanc, riche et puissant, on viole pas, on séduit...

Swann,
(et quand on est noir, riche et puissant aussi d'ailleurs, surtout en Afrique)
Swann
Swann
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1023
Date d'inscription : 31/08/2009
Age : 67
Localisation : entre deux cafés

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Dédé le Mer 28 Sep - 13:34

Swann a écrit:Ouais, mais quand on est blanc, riche et puissant, on viole pas, on séduit...

Swann,
(et quand on est noir, riche et puissant aussi d'ailleurs, surtout en Afrique)
Oh putain ! fais gaffe, j'me suis déjà fait traiter de raciste et d'ours en peluche de droite pour moins qu'ça...
C'est quand même bon de savoir qu'on est pas seul Papy et moi à garder les yeux ouverts sur le monde au milieu de tous ces gens qui se mettent la tête dans l'sable et entendant de s'faire enculer par les trois petits singes qui ne verront, ni n'entendront ni ne diront jamais rien. Vous voulez des noms ?

Dédé.

_________________
Ciao les gonzesses, c'était Dédé. Cool
Dédé
Dédé
MacaDédé
MacaDédé

Messages : 1885
Date d'inscription : 04/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Dédé le Lun 7 Nov - 17:48

J'ai fait le vœu de mettre mon aumône dans la sébile de tous les mendiants que je trouverai sous toutes les portes cochères qui mènent au Petit Etablissement de Crédit que je viens d'ouvrir au profit de ceux qu'en ont pas besoin. En particulier à la Quatrième liste que j'vous ai filée.
Juste histoire de pas avoir bossé pour rien à les chercher pasque si j'compte que sur vous j'crains qu'y en ait qu'entendent pas le son de votre obole tombant dans leur coupelle.
Charité bien ordonnée...

Dédé.

_________________
Ciao les gonzesses, c'était Dédé. Cool
Dédé
Dédé
MacaDédé
MacaDédé

Messages : 1885
Date d'inscription : 04/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé Empty Re: Interview bidon de FMI - globe-loser mondialo-humanitaire - par Dédé

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum