Derniers sujets
» Dame hésitante
Les bonbons du bout du monde. EmptyAujourd'hui à 7:38 par Io Kanaan

» Piaf-Chorégraphe
Les bonbons du bout du monde. EmptyHier à 7:39 par Io Kanaan

» Saint Graphomane
Les bonbons du bout du monde. EmptyJeu 19 Sep - 7:42 par Io Kanaan

» Petit dieu barbare
Les bonbons du bout du monde. EmptyMer 18 Sep - 7:51 par Io Kanaan

» Magister Corax
Les bonbons du bout du monde. EmptyMar 17 Sep - 7:57 par Io Kanaan

» Papillon celtique
Les bonbons du bout du monde. EmptyLun 16 Sep - 7:56 par Io Kanaan

» La pensée sauvage
Les bonbons du bout du monde. EmptyDim 15 Sep - 7:56 par Io Kanaan

» Trinité sonore
Les bonbons du bout du monde. EmptySam 14 Sep - 7:41 par Io Kanaan

» Fleur d’impermanence
Les bonbons du bout du monde. EmptyVen 13 Sep - 8:06 par Io Kanaan

Le Macadam se déroule

RETROUVEZ TOUS LES
INTERVIEWS DES AUTEURS


Statistiques
Nous avons 447 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Casimir

Nos membres ont posté un total de 54910 messages dans 9087 sujets

Les bonbons du bout du monde.

Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Les bonbons du bout du monde.

Message  Zlatko le Sam 25 Juin - 9:35

Il était une fois deux grandes personnes qui s’ennuyaient terriblement. Ils habitaient un petit pavillon de banlieue à Baltimore. On était en Septembre et les toits étaient ébouriffés de feuilles. Ils passaient leur journée sur le canapé à regarder la télévision et à réfléchir au sens des choses. Lorsque l’ennui fut trop pesant, ils firent ce qu’on fait dans ces cas-là : des enfants.

En Mai, avec un mois d’avance, naissaient des jumeaux : un petit garçon brun, une petite fille blonde. Sans aucun doute, ils s’appelaient Frimin et Luciole. Ils grandissaient bien, ne faisaient pas trop d’histoires et mangeaient en mâchant correctement la nourriture. Simplement, ils se révélèrent peu à peu très difficiles : ils refusèrent d’abord la viande, puis les légumes, et finirent par n’accepter que les bonbons.

Les parents firent quelques colères, se fâchèrent tout jaune, rien n’y faisait : c’était la seule nourriture qu’ils toléraient. Frimin avait une préférence pour les serpentins, les entortillés, les micmacs de mangrove sucrée dans la bouche ; Luciole se délectait des bonbons joufflus, comme gonflés à l’hélium, qui fondent sur la langue et le palais. Au bout de quelques mois, les parents se résignèrent : les jumeaux grandissaient bien, avaient les yeux, les genoux et les oreilles à leur place.

A quatorze ans, les jumeaux commencèrent d’écumer Baltimore. Jamais rassasiés, ils cherchaient toujours plus de nouveaux bonbons, ceux qu’ils n’avaient jamais mangés avant, et que personne n’avait mangés avant eux. En quelques mois, ils se rendirent compte avec dépit que, vraiment, le gouvernement ne faisait aucun effort. Les rares magasins de bonbons de la ville étaient tous pareils : des rangées de bocaux sales, des vendeurs au téléphone avec leur cousine et des bonbons mous, fades et sans génie.

Un beau jour, Luciole se mit brusquement à pleurer, dans la dernière boutique inexplorée de la ville. Vraiment, disait-elle à Frimin, ce monde ne connaît rien aux bonbons. Le vendeur, un brave type, dit à sa cousine d’aller se faire cuire un cochon sauvage et raccrocha. Il murmura qu’il existait une vieille légende : de la plus vieille gare de Baltimore, celle au Sud où personne ne va jamais parce que c’est moche, partait une fois l’an le Train Zigzag. Au terminus, on trouvait la boutique du Père Laviolette. Ici dormaient les bonbons qu’on n’avait jamais inventés.

Deux mois plus tard, Frimin fit un rêve : un gigantesque train violet qui ressemblait à ses bonbons préférés approchait de Baltimore. Il réveilla Luciole, ils prirent des Manteaux à Grandes Poches et des hauts-de-forme et galopèrent jusqu’à la gare du Sud. Il était là, gros serpentin de nuages métalliques, tordu, cabossé, crachant vapeurs bleues et blanches comme une baleine. Joyeux Eté, dit le contrôleur quand ils montèrent, car on était en Juin.

Ce fut un drôle de voyage. Le train se déplaçait comme un serpent : malgré ses zigzags, torsions et son allure générale de tuyau d’alambic motorisé, il filait vite et droit. Il traversa comme une fusée le Sud de Baltimore et s’enfonça dans les premières campagnes. Deux jours passèrent ; au matin du troisième, Luciole et Frimin ouvrirent des yeux émerveillés sur le paysage : le train filait, clown ivre, sur la mer. Ils discutèrent avec un requin aux dents arc-en-ciel, qui leur raconta qu’il ne se fournissait plus que chez le Père Laviolette. Le soleil même, clignotant, semblait mâcher des sucres d’orge.

Enfin, le train s’arrêta dans un bruit de trompettes roses. On est arrivé, dit le contrôleur essoufflé, qui courait déjà vers la seule chose visible du paysage : une boutique de rien du tout plantée au milieu de nulle part. Dit voir, dit Frimin en faisait la grimace, ça ne paye pas de mine. Pourtant, lorsqu’ils entrèrent, ce fut un matin de carnaval. Le sol et le plancher, identiques, se confondaient en losanges multicolores. Partout autour d’eux, des récipients de toutes tailles et formes contenaient tous les bonbons de la terre. Un chaudron dégorgeait de friandises vertes qui, lorsqu’on soufflait dedans, faisaient danser les chats. Des bocaux immaculés, pleins à ras-bord de berlingots et de réglisses, leurs tirèrent des éclats de rire.

Survint un drôle de vieil homme monté sur roulettes. Je suis le Père Laviolette, dit-il, l’inventeur des bonbons. Luciole, qui avait inspecté tous les rayons, faisait déjà la moue : ça n’est pas si mal, dit-elle, mais le bonbon du millénaire n’est pas là. Le vieil homme sortit en riant deux pâtes mauves de sa poche : tenez, dit-il. Allez dehors, et soufflez dedans. Il se passa une chose rigolote : le bonbon de Frimin, en se dépliant, fit une gigantesque montgolfière de sucre ; celui de Luciole, un dirigeable. Ils mélangèrent les pâtes, montèrent à l’intérieur, et le Montgolgeable s’éleva doucement au-dessus de nulle part.

Le contrôleur qui repartait leva les yeux : la nuit était tombée, et le Montgolgeable faisait comme une étoile de plus. On entendait Luciole rire et Frimin parler de dromadaires. Il songea, avec douceur, qu’il n’y a que les enfants que les bulles de bonbons fassent voler.



Z 25 06 11
Zlatko
Zlatko
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1621
Date d'inscription : 30/08/2009
Age : 28
Localisation : Centre

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty re

Message  léo le Sam 25 Juin - 12:04

Un retour coloré au pays de l'enfance. Des personnages attachants. Une intrigue fort bien menée. J'ai tout de suite pensé à Charlie et la Chocolaterie !
léo
léo
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1216
Date d'inscription : 25/03/2010
Age : 35
Localisation : Nord

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Dam le Sam 25 Juin - 18:12

Je te retrouve bien là avec cette douce folie de gâter les enfants, et les grands enfants.

Dam, Itinéraire d'un enfant gâté
Dam
Dam
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 3006
Date d'inscription : 27/08/2009

http://membres.multimania.fr/bartolo_damien

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Nilo le Dim 26 Juin - 8:52

J'adore ça, vraiment !
Si j'avais des enfants je leur raconterais cette histoire pour les endormir.
Je n'en ai plus à qui on en raconte pour les endormir mais je me la mets sous le coude pour mon petit-fils.

Nilo, attendri.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Nilo le Dim 26 Juin - 9:26

Une Montgolgeable pour Luciole et Firmin.
Les bonbons du bout du monde. Montgo10

Nilo, vite fait.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Lalou le Dim 26 Juin - 21:42

Very Happy C'est vrai, ça donne envie de sortir les crayons de couleur et de dessiner tous ces bonbons , toutes ces couleurs , toutes ces matières gonflées et moelleuses !

A croquer!

_________________
:fee LaLou
Lalou
Lalou
MacadAdmin
MacadAdmin

Messages : 6432
Date d'inscription : 26/08/2009
Age : 199
Localisation : Sud

http://www.macadam-forum.net

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Zlatko le Lun 27 Juin - 12:12

Merci pour vos réactions ! je suis vraiment heureux que ces contes vous parlent.
Et merci Nilo pour cette montgolgeable que je garde bien au chaud (si un recueil de contes sort un jour..)

Z, touché.
Zlatko
Zlatko
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1621
Date d'inscription : 30/08/2009
Age : 28
Localisation : Centre

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Swann le Lun 27 Juin - 12:21

Une histoire digne de Dam-tartine.... Laughing


Swann,
Swann
Swann
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1023
Date d'inscription : 31/08/2009
Age : 67
Localisation : entre deux cafés

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Dédé le Lun 27 Juin - 16:38

J'l'aime bien moi aussi cette histoire pour les chiards.
J'en aurai jamais des chiards mais j'la raconterai à ceux des gisquettes qui me f'ront du gringue quand j'vais draguer au bac à sable.

Dédé.

_________________
Ciao les gonzesses, c'était Dédé. Cool
Dédé
Dédé
MacaDédé
MacaDédé

Messages : 1885
Date d'inscription : 04/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Dédé le Dim 6 Nov - 11:37

J'ai fait le vœu de mettre mon aumône dans la sébile de tous les mendiants que je trouverai sous toutes les portes cochères qui mènent au Petit Etablissement de Crédit que je viens d'ouvrir au profit de ceux qu'en ont pas besoin. En particulier à la Quatrième liste que j'vous ai filée.
Juste histoire de pas avoir bossé pour rien à les chercher pasque si j'compte que sur vous j'crains qu'y en ait qu'entendent pas le son de votre obole tombant dans leur coupelle.
Charité bien ordonnée...

Dédé.

_________________
Ciao les gonzesses, c'était Dédé. Cool
Dédé
Dédé
MacaDédé
MacaDédé

Messages : 1885
Date d'inscription : 04/09/2009

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Nilo le Mar 8 Nov - 18:41

Repassé par ici pour voir où en était la Montgolgeable.
Et remplir mon sac de bonbons.
pas mécontent du voyage.

Nilo, lâche du lest.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Les bonbons du bout du monde. Empty Re: Les bonbons du bout du monde.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum