Derniers sujets
» Ermite subtil
Lettre de Noël aux enfants sages EmptyAujourd'hui à 9:27 par léo

» brasser la terre...
Lettre de Noël aux enfants sages EmptyAujourd'hui à 9:22 par léo

» Fleur de Saint Denis
Lettre de Noël aux enfants sages EmptyAujourd'hui à 7:49 par Io Kanaan

» Cardioptère
Lettre de Noël aux enfants sages EmptyHier à 7:41 par Io Kanaan

» Saint Romuald
Lettre de Noël aux enfants sages EmptyLun 14 Oct - 7:45 par Io Kanaan

» Le Seigneur d’Alpha Pavonis
Lettre de Noël aux enfants sages EmptyDim 13 Oct - 7:42 par Io Kanaan

» Planète Mille Plateaux
Lettre de Noël aux enfants sages EmptySam 12 Oct - 7:45 par Io Kanaan

» Chien sans collier
Lettre de Noël aux enfants sages EmptyVen 11 Oct - 8:00 par Io Kanaan

» Semeur de rimes
Lettre de Noël aux enfants sages EmptyJeu 10 Oct - 7:59 par Io Kanaan

Le Macadam se déroule

RETROUVEZ TOUS LES
INTERVIEWS DES AUTEURS


Statistiques
Nous avons 447 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est PÉPÉ JACKY VOUS RACONTE

Nos membres ont posté un total de 54942 messages dans 9110 sujets

Lettre de Noël aux enfants sages

Aller en bas

Lettre de Noël aux enfants sages Empty Lettre de Noël aux enfants sages

Message  Dam le Sam 10 Déc - 1:30



Ce
matin, je travaillais sur Mac aux plans directeurs de ma maison de
Roquebrune quand, alerté par le bruit d’un deux roues en bas du
portail, j’ai délaissé mon étude pour aller aux nouvelles... et
je t’ai trouvée. Je n’en attendais pas d’autres, de meilleures.


J’étais
sûr que tu m’écrirais pour reprendre le contacte ; mais c’est
une chose qu’on ne peut envisager de faire que lorsqu’on est
dégagé de ses occupations professionnelles.


Je
suis ravi que tu envisages de partir pour des contrées plus chaudes,
au soleil et à la mer. On a les même goûts pour ça, et c’est
bien. Cette année, l’hiver est précoce et froid, très froid,
partout, même dans le Sud où il a gelé à maintes endroits sur le
littoral ! Et toi, tu es à la montagne - j’imagine ce que ça doit
être ! Qu’à cela ne tienne, on est tout de même mieux ici
qu’ailleurs.


Depuis
que je vis ici, sans retourner à 'chez moi', je ne vois pas les choses
pareilles.

Même
si j’ai déjà vécu dans le Sud, je dois reconnaître que ça
n’est pas la même chose. Parce qu’avant, j’étais inconscient,
je restais pour la peinture, c’est elle qui commandait, elle seule.
Maintenant j’habite ici, et je dois faire mon nid, pour retrouver
bientôt des sensations perdues, dans le travail artistique. La
création.


Depuis
presque un an je n’ai pas mis la main à mes pinceaux, à mes
couleurs, et la dernière période véritable (digne de ce nom)
remonte à “hiver-printemps 97/98”, à Milly, et avec le recul,
je me rends compte que c’était la fin d’un cycle, d’une vie.
Les quelques quarante tableaux sont secs depuis belle lurette et
jamais n’ont fait l’objet d’une exposition : parce qu’ils
s’en fichaient ! L’occasion d’une exposition se serait
présentée cent fois que ça n’aurait rien changé, sans doute. Il
faut savoir garder secret...


Nous
gardons pour le moment la grande maison de campagne où tout est
entreposé - la majeure partie de mon travail de peintre, et les
meubles. J’envisage de rapatrier mes biens dans mon nouvel atelier,
mon train - volumineux bien que démonté (ça tient dans deux
malles) et quelques meubles bas et hauts qui me reviennent de droit
et qui seront autant d’économies pour mon installation future.


Mais
je n’en suis pas là, pas encore.


Peut-être
l’été prochain, j’espère, c’est alors que nous y verrons
plus clair. Je dis “nous”, qu’en penses-tu ? ça me ferait
vraiment plaisir de t’avoir avec moi... je dis n’importe quoi. On
ne commande pas au temps et l’imagination, depuis que je ne peins
plus, fait cruellement défaut. Tu vois où cela me mène - c’est
une sorte de folie. Mais c’est vrai malgré tout, c’est vrai. Tu
es la seule avec qui j’ai des goûts communs qui ne sont pas...
insensés. Négligeables. Mais je n’attends pas de réponses, la
vie suis son cour. Pardon pour cette incartade au pays des rêves.




La
correspondance des sentiments est difficile à mettre en oeuvre et je
voudrais surtout que tu excuses ma maladresse et mon empressement,
entre deux bâillements. Sont-ce des soupirs ? Sont-ce, c’est pas
joli ! Tu souris ?


Je
reprends. La psychologie, c’est pas mon fort. Je m’explique.
Quand j’écris une histoire, c’est pour tout le monde et pour
personne. Maintenant, là, ce que je fais, c’est différent
(allons-y doucement !) Est-ce pour personne : bien sûr que non,
c’est tout le contraire. Est-ce pour tout le monde... pareille ?
Oui et non. On a envie de croire que cette histoire est unique et on
rêve souvent d’y participer. Et quand l’occasion se présente,
on n’y fait pas attention, on ferme les yeux, parce qu’on n’y
croit pas. Erreur de jeunesse, erreur de jeunesse. On n’a pas le
temps de regretter qu’il est déjà trop tard. Le temps passe vite.
On veut croire que cela ne nous concerne pas, ne nous touche pas -
c’est l’espoir et l’enthousiasme de chacun. Mais la réalité
est différente. On est passé à côté les yeux mi clos et c’est
une fois de trop. C’est mal. On peut se trouver toutes les excuses
possibles et toutes les circonstances atténuantes du monde, on aura
toujours ce poids sur la conscience et un manque dans notre coeur. La
faute à la vie alors, comme on est tous des apprentis. Je ne te
demande pas d’excuser mes erreurs, mais si tu les comprends, alors
nous pouvons nous entendre.


Nos
erreurs sont loi, nos erreurs sont loi.

Je
ne suis pas givré au point de manger la peau des mandarines, et
c’est peut-être une erreur. Et la peau des bananes... ça n’est
peut-être pas tant une faute. Essaye un peu, tu verras, c’est
franchement mauvais ! Il faut croquer le fruit, pas la peau du fruit
; l’enveloppe n’est pas importante, c’est ce qu’il y a
dedans. C’est bientôt Noël, la période des cadeaux. Les enfants
se soucient peu de l’emballage. Pourquoi pas nous ? Pourquoi plus
nous. C’est pourtant le plus important, ce qu’il y a dedans.
C’est qu’à force, on est devenu méfiant ; on a été si souvent
déçu...


Et
puis vient le jour où on n’attend plus rien des autres, parce
qu’on a compris que le plus beau cadeau qu’on puisse avoir, c’est
celui qu’on s’est choisi seul, tout seul, pour soi, égoïstement
peut-être, mais tellement gratifiant, tellement beau. Et cela n’a
rien de matériel.

Mais
pourquoi je te parle de ça ? C’est Noël, bien sûr !




Mon
train. Le souvenir de mon train. Le rappel de l’enfance, le retour
de l’insouciance. Le rêve. Tu as peut-être connu cela avec les
poupées ? Ou les garçons ? Les poupées garçons ? Peut-être plus
fort encore, plus vrai, plus tenace. Moi, je peux pas me payer un
vrai train, une vraie gare, un vrai triage, une vraie ville, une
vraie campagne, une vraie montagne, un vrai cheminot, un vrai
contrôleur ! J’en voudrais pas de toute façon. Il y a tellement
mieux à faire avec les jouets. Le rêve. Du rêve quoi.





Et
tout est alors possible.







D.

*
****
*

Incohérences suspectes




Est-ce
bon de remplacer le café par les mandarines, pas si sûr !

Je ne tenais pas en place, sentant le besoin de me lever à chaque fois
que je m’étais installé derrière mon écran pour travailler ;
c’était pas l’envie qui me manquait de fuir un travail qui me
plaisait toujours, pour ne pas dire qui me passionnait. Alors, la
cause de cette instabilité, c’était les mandarines. Et je ne
devais pas attendre très longtemps pour reprendre mes anciennes
habitudes “alimentaires”.

SI JE DOIS
EN MOURIR



Sud...


Dam. 10-12-011
Dam
Dam
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 3006
Date d'inscription : 27/08/2009

http://membres.multimania.fr/bartolo_damien

Revenir en haut Aller en bas

Lettre de Noël aux enfants sages Empty Re: Lettre de Noël aux enfants sages

Message  Sylvie le Mar 10 Jan - 7:46

Très bel écrit , bien aéré et bien présenté aux lecteurs ( que je devrais mettre au singulier vu que j'ai l'air d'être la seule)

J'ai noté ce passage car il a tout dit:

"puis vient le jour où on n’attend plus rien des autres, parce
qu’on a compris que le plus beau cadeau qu’on puisse avoir, c’est
celui qu’on s’est choisi seul, tout seul, pour soi, égoïstement
peut-être, mais tellement gratifiant, tellement beau. Et cela n’a
rien de matériel."

Magnifiquement bien dit !
Sylvie
Sylvie
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 4923
Date d'inscription : 10/09/2009
Age : 63
Localisation : France

http://inimaginaire.net/blog/?p=1

Revenir en haut Aller en bas

Lettre de Noël aux enfants sages Empty Re: Lettre de Noël aux enfants sages

Message  Nilo le Dim 22 Jan - 17:22

Quelle belle lettre.
Dommage qu'elle soit restée sans écho (ici en tout cas...).

Nilo, silence.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Lettre de Noël aux enfants sages Empty Re: Lettre de Noël aux enfants sages

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum