Derniers sujets
» Arbre diurne
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptyHier à 6:52 par Io Kanaan

» Navigateur solitaire
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptyLun 19 Aoû - 7:44 par Io Kanaan

» Hibou plumitif
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptyDim 18 Aoû - 7:41 par Io Kanaan

» Ambiveau d’azur
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptySam 17 Aoû - 8:00 par Io Kanaan

» Une église sans prêtre
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptyVen 16 Aoû - 7:35 par Io Kanaan

» Romulus d’azur et Rémus de gueules
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptyJeu 15 Aoû - 7:46 par Io Kanaan

» En brûlant une chandelle
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptyMer 14 Aoû - 7:56 par Io Kanaan

» Atelier de l’héraldiste
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptyMar 13 Aoû - 7:45 par Io Kanaan

» Raisins prometteurs
Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... EmptyLun 12 Aoû - 7:39 par Io Kanaan

Le Macadam se déroule

RETROUVEZ TOUS LES
INTERVIEWS DES AUTEURS


Mots-clés

révolte  membres  henri  Comateen  pour  gauche  petit  main  poésie  

Statistiques
Nous avons 447 membres enregistrés
L'utilisateur enregistré le plus récent est Casimir

Nos membres ont posté un total de 54878 messages dans 9055 sujets

Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline...

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Aller en bas

Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... Empty Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline...

Message  Nilo le Lun 11 Juil - 16:19

Lettre de L.-F. Céline à Gaston Gallimard accompagnant l’envoi du manuscrit de Voyage au bout de la nuit [peu avant le 14 avril 1932].

Monsieur,

Je vous remets mon manuscrit du Voyage au bout de la nuit (5 ans de boulot).
Je vous serais particulièrement obligé de me faire savoir le plus tôt possible si vous êtes désireux de l’éditer et dans quelles conditions.
Vous me demandez de vous donner un résumé de ce livre. C’est un bizarre effort en vérité auquel vous me soumettez et jamais je n’y avais encore songé. C’est le moment me direz-vous. Je ne sais trop pourquoi mais je m’y sens tout à fait inhabile. (Un peu l’impression des plongeurs au cinéma qu’on voit rejaillir de l’eau jusqu’à l’estacade…) Je vais m’y essayer toutefois, mais sans manières. Je ne crois pas que mon résumé vous donnera grand goût pour l’ouvrage.

En fait ce « Voyage au Bout de la nuit » est un récit romancé, dans une forme assez singulière et dont je ne vois pas beaucoup d’exemples dans la littérature en général. Je ne l’ai pas voulu ainsi. C’est ainsi. Il s’agit d’une manière de symphonie littéraire, émotive, plutôt que d’un véritable roman. L’écueil du genre c’est l’ennui. Je ne crois pas que mon machin soit ennuyeux. Au point de vue émotif ce récit est assez voisin de ce qu’on obtient ou devrait obtenir avec de la musique. Cela se tient sans cesse aux confins des émotions et des mots, des représentations précises, sauf aux moments d’accents, eux impitoyablement précis.
D’où quantité de diversions qui entrent peu à peu dans le thème et le font chanter finalement comme en composition musicale. Tout cela demeure fort prétentieux et mieux que ridicule si le travail est raté. À vous d’en juger. Pour moi c’est réussi. C’est ainsi que je sens les gens et les choses. Tant pis pour eux.

L’intrigue est à la fois complexe et simplette. Elle appartient aussi au genre Opéra. (Ce n’est pas une référence !) C’est de la grande fresque, du populisme lyrique, du communisme avec une âme, coquin donc, vivant.

Le récit commence Place Clichy, au début de la guerre, et finit quinze ans plus tard à la fête de Clichy. 700 pages de voyages à travers le monde, les hommes et la nuit, et l’amour, l’amour surtout que je traque, abîme, et qui ressort de là, pénible, dégonflé, vaincu… Du crime, du délire, du dostoïevskysme, il y a de tout dans mon machin, pour s’instruire et pour s’amuser.

[…] Je ne voudrais pour rien au monde que ce sujet me soye soufflé. C’est du pain pour un siècle entier de littérature. C’est le prix Goncourt 1932 dans un fauteuil pour l’Heureux éditeur qui saura retenir cette œuvre sans pareille, ce moment capital de la nature humaine…
Avec mes meilleurs sentiments

Louis Destouches


Céline, Lettres, collection Bibliothèque de la Pléiade, pp. 306-308

Quelle merveille, quelle clairvoyance...
Et surtout ces sublimes passages
C’est de la grande fresque, du populisme lyrique, du communisme avec une âme, coquin donc, vivant.
...
À vous d’en juger. Pour moi c’est réussi. C’est ainsi que je sens les gens et les choses. Tant pis pour eux.

Il le refusa !

Nilo, sans commentaire.

_________________
... Tu lui diras que je m'en fiche. Que je m'en fiche. - Léo Ferré, "La vie d'artiste"
Nilo
Nilo
MacadAngel
MacadAngel

Messages : 7727
Date d'inscription : 27/08/2009
Age : 67
Localisation : Tours

http://pagesperso-orange.fr/cavazza/

Revenir en haut Aller en bas

Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... Empty Re: Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline...

Message  Zlatko le Lun 11 Juil - 17:38

No comment clown

Z.
Zlatko
Zlatko
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 1621
Date d'inscription : 30/08/2009
Age : 28
Localisation : Centre

Revenir en haut Aller en bas

Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... Empty Re: Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline...

Message  Dam le Lun 11 Juil - 17:56

Je la connaissais cette lettre de Céline.
Je serais curieux de connaitre les motivations du refus.

Il sera édité par les éditions Denoël & Steele, Paris, en 1932.

Après le débarquement du 6 juin 1944, Céline, craignant pour sa vie, quitte la France pour l'Allemagne.
Céline est amnistié en 1951 grâce à son nouvel avocat Tixier-Vignancour, qui induit le tribunal en erreur sur l'identité de son client.
Son éditeur Robert Denoël ayant été assassiné en 1945 (meurtre à demi élucidé) il signe un contrat de cinq millions de francs avec Gaston Gallimard pour la publication de "Féerie pour une autre fois", la réédition de "Voyage au bout de la nuit", de "Mort à crédit" et d'autres ouvrages.
Le Docteur L.-F. Destouches vit pendant plusieurs années des avances de Gallimard jusqu'à ce qu'il renoue avec le succès, à partir de 1957, grâce à sa « Trilogie allemande », dans laquelle il romance son exil.
"D'un château l’autre" (1957), "Nord" (1960) et "Rigodon" (1969)

Louis-Ferdinand Destouches décède à son domicile de Meudon le 1er juillet 1961 ; le pavillon qu'il occupait brûlera en mai 1968, détruisant alors ses lettres et manuscrits.


Seuls ses pamphlets racistes et antisémites des années 1930 n'ont pas fait l'objet de rééditions officielles — à l'exception de Mea Culpa — à la demande de sa veuve. Ils sont de toutes manières concernés par le décret-loi Marchandeau de 1939 et la loi Pleven de 1972, qui interdisent la provocation à la haine raciale.
--------------------

Dam.
Dam
Dam
MacadAccro
MacadAccro

Messages : 3006
Date d'inscription : 27/08/2009

http://membres.multimania.fr/bartolo_damien

Revenir en haut Aller en bas

Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline... Empty Re: Une merveille - Lettre à gaston Gallimard de Louis-Ferdinand Céline...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum